Norlan DELIZ


La voleuse

La voleuse

Nous avons un véritable coup de cœur pour le roman de Norlane Deliz «La voleuse» (Editions du Poutan) qui se savoure de la 1ère à la dernière page. Ce petit ouvrage (120 pages) condense, en effet, tous les ingrédients pour nous tenir en haleine. Et ça marche !

Tout d’abord, les personnages, Lou Anne et Alessandro, deux jeunes gens à la vie simple, sont sympathiques et attachants. Ils ne se connaissent pas. Ils se croisent plusieurs fois. Vont-ils vraiment  se rencontrer ? Oui… sûrement….mais quand ? mais où ? Dans quel quartier lyonnais ? Car Lyon est  également un personnage à part entière dans ce récit. A travers les déambulations de nos deux jeunes héros, nous redécouvrons la ville et l’atmosphère particulière de ses quartiers (Montplaisir, la place des frères Lumière, la Tête d’Or…), son métro, ses fleuves, la Saône et le Rhône dont les couleurs changeantes  sont si  bien décrites.

Mais l’histoire ne s’arrête pas à la seule rencontre de Lou Anne et d’Alessandro, ni à l’évocation délicate des quartiers lyonnais. Une énigme est posée, qui va donner lieu à une enquête. Plusieurs événements, apparemment sans relation, touchent, en effet, la ville de Lyon : trois citadins dont la vie est sans histoire, disparaissent subitement ;  un petit garçon perd brusquement la voix ; le pingouin de la cité internationale (avez-vous déjà remarqué cette sculpture vers l’entrée du parc de la Tête d’or, côté roseraie ?) se volatilise et les livres de Verlaine deviennent mystérieusement introuvables sur les rayons des bibliothèques et des librairies !

Enfin, des haïkus, petits poèmes de trois vers, rythment le récit et jouent un rôle non négligeable dans la compréhension des événements et la résolution de l’intrigue. Car il est, en fait, ici question de littérature, d’écriture, de poésie. Sous couvert de ce petit roman, sont posées des questions subtiles : quelle est la force des mots ? Jusqu’où peut aller le pouvoir de l’écriture ?

« La voleuse » n’est pas le premier ouvrage écrit par Norlane Deliz : elle a déjà fait paraître plusieurs recueils de poésie dans lesquels elle a montré qu’elle savait choisir les mots, manier les phrases. C’est encore le cas dans ce livre.
« La voleuse » est son premier roman… et c’est une réussite !